Noël en été, comment ça se passe en Australie ?

22 décembre 2014 Catégorie(s) : Apprendre une langue, Evènements, Nos coups de coeur

Noël dans l’hémisphère sud

Les fêtes de fin d’année commencent en France aujourd’hui et pour une grande partie du monde le 24 décembre sera soirée de réveillon de Noël. Mais pour certains, Noël n’est pas synonyme de période hivernale et de chute de neige. En effet, à l’autre bout du monde, puisque nous sommes en hiver, ils sont en été. C’est le cas pour l’Australie, qui fête Noël sous le soleil. Au programme, surf, bronzage et père noël en short !

La tradition cependant reste la même et les familles australiennes, comme partout ailleurs, se réunissent pour célébrer cette fête aux origines chrétiennes. Bien qu’aucune religion ne soit considérée comme officielle en Australie, les trois-quarts des habitants se disent chrétiens. Ils sont en majorité catholiques ou anglicans.

Le traditionnel concert de chants de Noël

Pour le 25 décembre, après ouverture des cadeaux déposés par le père Noël au pied du sapin et dégustation de la traditionnelle dinde, direction la plage en famille. A Sydney, ce sont en moyenne 40 000 personnes qui se retrouvent sur la plage de Bondi. A Melbourne, l’événement phare de la journée est le traditionnel concert de chants de Noël en plein air qui existe depuis 1937.

D’autres concerts de ce type ont également lieu un peu partout dans le pays pendant la période de Noel. Le plus connu et le plus important est sans aucun doute celui de Sydney qui a lieu chaque année au sein des jardins botaniques royaux. Surplombant le nord de la baie de Farm Cove, ces jardins botaniques, créés en 1816 bordent le célèbre Opéra de Sydney. Cette année sera la 32ème édition de ce concert gratuit exceptionnel, qui aura lieu le samedi 20 décembre.
Pour ceux qui souhaitent suivre l’événement de chez eux, l’événement est retransmis en direct sur la chaîne Seven Network et sur la radio Smoothfm de Melbourne et Sydney.

Crédit photo: Voilà Sydney

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.
Mais pourquoi ne pas être le premier à en laisser un ?
Laissez un commentaire

(*) Champs obligatoires