Working Holiday Visa en Australie : entre rêve et réalité

Dans un excellent article pour Lepetitjournal.com, Edith Nicolas pointent les désillusions de certains jeunes fraichement arrivés en Australie avec leur seul Visa Vacances Travail en poche. Son texte démontre bien que l’Australie n’est pas le « Pays des Bisounours« , comme j’ai souvent coutume de le dire à nos clients, non pas pour les faire sourire mais pour les alerter du danger d’idéaliser une destination sans y avoir mis les pieds.


Certes, l’Australie est un pays magnifique, avec un peuple chaleureux, accueillant et respectueux. C’est une destination de rêve, qui a encore tant de choses à offrir aux jeunes en quête d’aventures, de dépaysement, d’enrichissement culturel et d’épanouissement. Le Visa Vacances Travail est  selon nous un précieux sésame, le seul à vous offrir une opportunité unique de vivre et travailler loin des frontières européennes avec tant de simplicité.

Comme nous l’expliquions dans l’un de nos précédents articles, l’Australie attire chaque année de plus en plus de Français à travers le Working Holiday Visa. Selon l’Ambassade de France en Australie, ils seraient plus de 22 000 présents actuellement dans le cadre du Working Holiday Visa. Aujourd’hui on constate que de nombreux jeunes décident de partir à l’aventure afin de fuir le chômage en France, en attendant des jours meilleurs.
Mais l’Australie ne peut se limiter à être le seul échappatoire à la crise européenne ! Nos jeunes pensent souvent à tort que tout ce qui est hors de France sera forcément mieux. Or tous ceux ayant vécu à l’étranger pourront témoigner du contraire.

En tant que conseillère en séjours linguistiques chez Languages & Travel, je ne peux qu’approuver l’article publié par Lepetitjournal.com, qui a le mérite de mettre en garde les jeunes sur les réalités actuelles du Working Holiday Visa, à l’instar des émissions et reportages TV qui présentent l’Australie comme le pays à la mode, et le parfait Eldorado de tout jeune de – de 30 ans où l’on peut faire fortune facilement, le tout sous le soleil !

 

Pour un séjour en Australie réussi avec le Working Holiday :

  • Le niveau d’anglais est un facteur important dans la réussite de votre séjour, et notamment pour votre intégration et vos recherches de jobs en Australie (il est faux de penser que les jobs dans le fruit-picking seront toujours faciles à décrocher malgré un faible niveau d’anglais). Débuter son séjour en Australie par des cours d’anglais ne peut être que bénéfique, quel que soit le niveau de départ. Progrès en compréhension et en expression, enrichissement de son vocabulaire, gain de confiance en soi, création d’un premier réseau sur place, découverte d’une nouvelle culture… ce sont autant d’avantages majeurs offerts par un séjour linguistique en école de langue.
  • Préparez votre séjour WHV le plus tôt possible, et renseignez-vous au maximum auprès de spécialistes de l’Australie. Il est capital de se documenter le plus possible avant son départ, et de confronter les informations récoltées. Les services de l’Ambassade d’Australie à Paris, du Ministère des Affaires Etrangères, ainsi que les organismes de séjours linguistiques peuvent vous conseiller et répondre à vos différentes questions.
  • Un tel voyage restera toujours une expérience personnelle : personne ne fait jamais le même séjour que les autres. Attention donc aux forums ou amis qui se veulent être de bons conseils, et qui finissent par mettre de fausses bonnes idées dans la tête des PVTistes français !
  • Il faut adopter un comportement civique et irréprochable, et ce en toute circonstance. Si les backpackers français jouissent actuellement d’une mauvaise réputation en Australie, il n’appartient qu’à vous de vous intégrer au mieux en Australie et de démontrer aux Australiens que seule une minorité de jeunes pose problème.
  • Partez couvert ! N’oubliez pas de souscrire à une assurance médicale rapatriement pour toute la durée de votre séjour. Les soins médicaux en Australie peuvent vite être très chers. Il est donc vivement recommandé de souscrire à ce type de garantie, qui vous protègera en cas de souci sur place.
  • Plus vous aurez des économies avant votre départ, plus vous serez à l’aise lors de vos premières semaines en Australie. Vous pourrez ainsi organiser vos recherches de jobs dans de bonnes conditions et débuter sereinement votre séjour.
  • Le visa vacances travail en Australie est et restera un visa de la catégorie du Tourisme. Il est important d’élargir au maximum son champ de recherches (types de jobs, localisation…) et de proscrire les candidatures à des postes qualifiés qui ne sont pas adaptés aux conditions du WHV.

Citée dans l’article d’Edith Nicolas, Madame la Consule-Adjoint à Sydney répète : « Le Visa Vacance Travail a comme première finalité de fournir une main d’œuvre bon marché pour les travaux à la ferme et la cueillette. Il n’a pas été conçu pour faciliter l’immigration permanente ni l’emploi dans les autres industries ».

Vous pouvez toujours faire de très beaux séjours en Australie avec un visa étudiant ou un Working Holiday Visa, nous en sommes convaincus. Mais pour autant tout ne sera pas toujours facile. Mieux vaut donc se préparer au mieux avant son départ, quitte à confier une partie de son séjour à un spécialiste tel que Languages & Travel.

 

Article proposé par Julie, membre de l’équipe Languages & Travel Lyon depuis 2008

Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.
Mais pourquoi ne pas être le premier à en laisser un ?
Laissez un commentaire

(*) Champs obligatoires